Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 20:25

Entre renforcement des cures drastiques d'austérité qui allaient finalement faire du malade Europe exsangue, atone et en déflation un " mort guéri " et la relance de notre " Euro Economie ", par l'injection de plus de 1.100 milliards d'euros pour le rachat massif de titres privés et publics, dettes d'Etat comprises, le Président de la BCE, Mario Draghi, a enfin choisi de redynamiser une croissance économique européenne en berne et d'alléger de surcroît le poids des dettes, notamment dans les pays du sud de la zone euro.

 

Cette opération de " Q.E " à l'européenne, à l'image du " quantitative easing " des USA ou " assouplissement quantitatif " ( autrefois appelée aussi " planche à billets " ... ), utilisée depuis quelque temps avec succès par la FED américaine ou la Banque d'Angleterre pour rallumer le moteur économique de leurs pays est forcément une bonne nouvelle, saluée d'ailleurs par les Bourses, même si cette mesure arrive plutôt tardivement dans la zone euro.

 

On objectera naturellement le risque d'un retour à la reprise de l'inflation, du fait de l'arrivée massive de liquidités ne correspondant pas à l'activité économique réelle de nos pays, mais, entre quasi déflation et inflation exponentielle, il y a une marge importante que nous devrions être à même de maîtriser autour des 2% autorisés par la BCE.

 

Créer de la monnaie aura bien sûr des contraintes et des limites à respecter mais, par chance, l'Euro zone va bénéficier de deux facteurs positifs nouveaux dès les mois à venir  :

 

- La baisse très nette et probablement durable du niveau de l'euro versus le dollar ( mais aussi du yuan chinois par exemple ) qui devrait permettre à nos Exportateurs de la zone euro, dont je fais partie, d'être plus compétitifs et d'augmenter de manière significative leurs ventes vers les pays de la grande exportation, améliorant ainsi la balance commerciale aujourd'hui déficitaire de plusieurs pays de l'Euro Group - dont la France - et contribuant aussi à la baisse du chômage, en recréant enfin des emplois nouveaux et pérennes pour l'Export.

 

- Le second facteur positif est bien sûr la chute généralisée des cours du pétrole, nous permettant ainsi d'alléger sensiblement la facture de nos importations en matière énergétique, même s'il ne faut pas méconnaître pour l'avenir les risques de protectionnismes renforcés de nos partenaires commerciaux du Moyen Orient, du Maghreb ou d'Asie Centrale producteurs d'hydrocarbures, ainsi que certains risques géopolitiques accrus qui pourraient en découler ...

 

Au final, ces mesures de Mario Draghi d'apports massifs de liquidités dans l'ensemble des économies de la zone euro et de diminutions des dettes publiques, alliées à une parité euro / dollar redevenue plus favorable et à une nette baisse du prix du pétrole brut ... vont-elles nous permettre de renouer enfin avec la croissance économique et avec un niveau d'emploi satisfaisant ?

 

Ceci semble à terme possible, mais à certaines conditions incontournables ...

 

- L'Allemagne, meilleur élève des pays de l'euro, devra accepter sans réserves majeures ces mesures de la BCE, même si elles sont d'abord de nature à aider prioritairement les pays les plus déficitaires et ... les moins disciplinés de l'Europe du Sud ... Il y va de l'unité et donc, à mon avis, de la force et de la survie de l'entité " Euro Zone ", car si la FED n'a à parler qu'à un seul Etat, aussi grand et puissant soit-il, la BCE doit composer avec 19 !

 

- Il faudra naturellement que les pays ultra déficitaires acceptent aussi, malgré tout, de continuer à se réformer régulièrement, sans perdre de vue que, dans les mesures Draghi, la BCE ne prendra en charge que 20% des dettes souveraines, le solde restant de la responsabilité des Banques centrales des Etats ... ce point ayant permis que l'Allemagne accepte tant bien que mal les mesures du Q.E.

 

- La France et l'Italie, élèves " moyens " de la classe Euro, ne devront pas relâcher leurs efforts en cours de réformes structurelles, les dettes supportables ne devant plus être de pur " fonctionnement " mais avant tout pour des investissements productifs ...

 

- Il faudra enfin que ces mesures créent un vrai choc de confiance durable auprès de l'ensemble des acteurs économiques de notre zone euro, ce que Mario Draghi semble pour l'instant avoir réussi, pour que l'argent introduit puisse parvenir aux différents niveaux de notre économie, permettant des investissements productifs, et non pas uniquement pour faire croître des titres en bourse, notamment étrangers ...

 

D'un mot, les entreprises résolument créatrices de croissance et d'emplois, par l'innovation, l'investissement productif et l'exportation devront prioritairement bénéficier de ces mesures fortes de relance économique.

 

A ces conditions, voulues et pour l'instant mises en oeuvre avec volonté et habileté par le Président de la BCE ...

" On est Draghi ! "

 

 

Francis PONT

24 / 1 / 2015

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Les Poly-Chroniques

  • : Le blog de francisjulienpont.over-blog.com
  • Le blog de francisjulienpont.over-blog.com
  • : Mes "poly-chroniques", au fil des jours, un regard politique, critique, parfois oblique, sur les remous de notre temps
  • Contact

Recherche